mercredi 23 octobre 2013



Mardi 22 octobre, 18h20 pour l'heure anglaise, 19h20 en France, me voilà arrivée à la gare de Londres St Pancras, accompagnée de deux valises prêtent à craquer sous la multitude de choses qui me semblaient "indispensables". Direction le taxi pour rejoindre plus aisément mon habitat encore inconnu, pour pouvoir profiter de la nuit tombante au chaud, dans ces fameuses voitures noires bien mythiques pour un français. Un trajet rapide traversant Camden pour arriver dans une rue jonchée de maisons typiquement anglaises, de la verdure à chaque entrée et des numéros qui défilent. 68. Nous y voici après 3 aller/retour dans la même rue, car ce 68 était caché par la vigne vierge excessivement présente sur la devanture de ma future maison. Une entrée qui laisse présager une douce poésie, même avec la pluie et la grisaille présentes ce soir là. L'appréhension de ma main tapant contre cette porte inconnue, ouvrant sur un visage inconnu, entrant dans une ère inconnue martelait mon esprit inquiet.  Mais quelques minutes d'appréhension ont crée une sorte de satisfaction immédiate en s'apercevant que cet endroit est le genre d'endroit où l'on se sent bien dès le premier pas à l'intérieur. Une chambre avec tout le confort possible et inimaginable, des gens chaleureux aimant le bon vin, un jardin on ne peut plus vert, et cette empreinte anglaise qui m'a toujours fait rêver, qui m'a fait venir ici, qui me rend fébrile et rêveuse à la fois. La première nuit loin de son environnement est difficile, je ne peux vous dire le contraire. Mais ce sentiment d'inquiétude, cette peur et cette angoisse qui enivreraient n'importe quel corps m'a rendu plus vivante que jamais. J'avais mal, mais je savais que ça ne durerai pas. J'étais terrifiée par n'importe quel bruit extérieur, mais je savais que dans quelques mois ces bruits me sembleront charmants et familiers lorsque je repartirai.





3 commentaires :

Coline Chavaroche a dit…

Très beau texte!
je te souhaite que du bonheur dans cette nouvelle vie :)

Http://Fashioneiric.blogspot.com

Coline ♡

gérard Philippe a dit…

Hello Jolie Bluebery...
Te voilà donc arrivée dans cette ville mythique qui depuis quelque temps t'envoyait des signes et dont tu entendais le chant des sirènes de Soho, Trafalgar square, Pimlico, Kensington... Une nouvelle page de ta jeune vie s'ouvre devant toi en même temps que cette porte mystérieuse au 68 de la rue dont nous connaîtrons le nom plus tard... J'ai hâte de lire la suite de tes aventures qui je n'en doute pas vont connaître beaucoup de rebondissements et s'éclairer de belles rencontres. Je serais au rendez vous de ton blog pour ne pas en perdre une miette...
Profites bien Jolie Manon de tous ces merveilleux moments et prends bien soin de toi.
Ici on t'Aime et on pense à toi.

Estelle Gonzalez a dit…

Des frissons en lisant ton joli texte, et beaucoup de reconnaissance en voyant que tu lis l’insoutenable légèreté de l'être de Kundera. Il est magnifique, on est d'accord?
xoxo belle amie. D'ailleurs est-ce que les londoniennes emploient bien et encore "xoxo" ?